OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quatre questions à… Jocelyne Sauvard, écrivain.

Jocelyne Sauvard, écrivain.

J. Sauvard (Photo J. Pineau).

Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Une lectrice, fidèle dans ses passions. Je lis et relis Proust depuis l’âge de 17 ans, Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, depuis l’enfance, ainsi que Molière et Racine (souvenirs de lectures en famille).
Et éclectique dans ses choix.
J’ai beaucoup lu les auteurs américains, Faulkner, Melleville, mais pas seulement, mes goûts sont un peu trop vastes pour que je resserre vraiment. Je vais parler autrement en parlant de l’année qui vient de s’écouler.
Depuis cet été, je reviens à Artaud, Lautréamont (et toujours les poètes susnommés) mais aussi Tchekov (particulièrement « La Cerisaie »), Eschyle, Shakespeare, et je redécouvre Claudel.

J’ai par ailleurs découvert cet automne « L’Histoire du cinéma », signée Godard (un ensemble de textes de différents auteurs et philosophes qu’il a rassemblé autour des images de cinéma, et de vidéo, certaines pages sont de lui). Relu l’essai de Viviane Forrester sur Virginia Woolf.
J’ai lu avec admiration Robert Antelme, Charlotte Delbo (« Aucun de nous ne reviendra ») et Henri Rousso, en ce qui concerne l’histoire de notre XXe siècle et plus particulièrement la Deuxième Guerre mondiale et la déportation.
Et toujours avec ce plaisir que donne son écriture cruelle, désespérée et drolatique, Thomas Bernhard : « Le Déjeuner chez Wittgenstein ». Relu « Fictions » de Borges, enchantement.

Quels auteurs sont des références et comptent pour vous ?
Proust, et, bien sûr les poètes, nommés plus hauts, plus les autres (j’ai toujours un livre de poèmes dans mon sac), Marguerite Duras, Jean Genet, Albert Cohen…Et « Les Trois brigands » de Tomi Ungerer. J’ai fait des coupes drastiques pour vous citer quelques noms.

Une lecture en cours ?
Maeterlinck (son théâtre). Et je viens de terminer Lumière des astres éteints (Grasset) de Gérard Haddad.

Un auteur, un titre (plutôt peu connus) aimeriez-vous mettre en avant ?
J’ai du mal à citer une autre oeuvre que celle qui, ne m’étant pas familière, par bien des aspects, m’éblouit actuellement. Donc Maeterlinck. D’autre part, les oeuvres essentielles à mes yeux, le sont en raison de la qualité de l’écriture. Du style. Je re-cite donc le théâtre de Maeterlinck, et « Traversée » de Louis Calaferte, ainsi que tous ses carnets. Bien entendu, ces auteurs sont très connus, je citerai aussi « Lettres à Lou » d’Apollinaire qui ne l’est pas moins, mais aucun autre titre ne me vient à l’esprit aujourd’hui. »

Et pour en savoir plus sur l’auteur, http://www.jocelynesauvard.fr

Share Button