Bienne

Quatre questions à… Gisèle Bienne, romancière et essayiste.

Gisèle Bienne, romancière et essayiste. Écrivain pour adultes et adolescents.
Dernier livre publié : La vie cachée des poupées, Médium, École des loisirs, 2012.
G. Bienne
Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Curieuse, gourmande. Quand je découvre un auteur qui m’intéresse, il me faut lire tous ses livres. Il n’y a pas de plus grand plaisir pour moi que celui d’entrer dans une oeuvre nouvelle, c’est comme se hasarder dans une maison labyrinthique, qui, toujours, garderait secrètes quelques-unes de ses pièces. Il y a le texte, il y a l’auteur derrière le texte, son écriture, son travail en écriture. Il y a sa voix. Je ne suis pas forcément l’actualité et je lis aussi beaucoup de livres traduits. Je ne saurais dire tout ce que les romans m’ont appris, m’apprennent, sur nos vies, l’Histoire d’hier et d’aujourd’hui, le proche et le lointain.

Quels auteurs sont des références pour vous ?
Je citerai des titres d’essais, romans, journaux ou poésies :
Une chambre à soi, de Virginia Woolf.
Journal, de Katherine Mansfield (en littérature adulte, je lui ai consacré un livre, paru l’an dernier chez Actes Sud : Katherine Mansfield dans la lumière du Sud).
Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline
Élise ou la vraie vie, de Claire Etcherelli.
La gloire de Dina, de Michel del Castillo.
Le premier roman de Thomas Bernhard, Gel.
Les récits de la Kolyma, de Chalamov.
En poésie, je reviens souvent à Blaise Cendrars avec Prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France (Cendrars à qui j’ai consacré un livre assez récent, paru chez Gallimard, La ferme de Navarin).
Et à Henri Michaux, avec La nuit remue, La vie dans les plis, Ailleurs ; Epreuves, exorcismes…

Une lecture en cours ?
La Haie, de Hanns-Joseph Ortheil (Actes Sud), un auteur allemand né en 1951 à Cologne qui, dans ce livre, s’interroge sur la vie de sa mère et peu à peu comble d’importantes lacunes…

Un auteur (plutôt peu connu) que vous aimeriez mettre en avant ?
Hannah Krall, écrivain et journaliste polonaise par qui j’ai découvert la complexité de l’histoire de la Pologne, des Juifs polonais, et de la culture de ce pays.
Son écriture est étonnante, claire, précise. Une grande distance et de la générosité.

Share Button