Catégorie : Lectures – Questions à

IMG_0186

Trois questions à… Téhem, auteur de bande dessinée.

Téhem, auteur de bande dessinée,
publie ces jours-ci le tome 7 de « Zap Collège », série lancée en 2002.

Quels sont les auteurs qui sont des références pour vous ?

« Il y en a tellement ! Impossible de n’en citer que quelques-uns. J’aime beaucoup de choses, mais je ne suis pas vraiment pas fan de quelqu’un en particulier. J’apprécie beaucoup l’esprit « journal », avec plusieurs auteurs ; j’aime l’idée de se regrouper pour former un objet. »

Une lecture en cours ?
Oui, un roman choral qui se passe à Madagascar, « Rade terminus » de Nicolas Fargue. Voici une histoire que j’aurais plaisir à adapter en bande dessinée. »

Quel auteur ou artiste – plutôt peu connu – aimeriez-vous mettre en avant ?
« Je pense à un auteur Sud-Africain, Joe Daly. Le dessin n’est peut-être pas exceptionnel, mais il a un ton que j’aime beaucoup. Il a un humour très singulier, décalé, avec des gags qui arrivent à des moments où on ne les attend pas. »



photo_AureliaGaud

Quatre questions à… Aurélia Gaud, auteure et illustratrice jeunesse.

Aurélia Gaud, auteure et illustratrice jeunesse.
Dernier titre paru : A l’intérieur de moi (Août 2012, Actes Sud junior).

Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Une lectrice éclectique. J’aime lire aussi bien des romans, plutôt contemporains, que des essais, catalogues d’exposition, contes, bandes-dessinées, albums jeunesse…
J’ai rarement besoin de posséder un livre. Je donne volontiers les livres que j’ai lus car j’aime qu’ils circulent.
J’emprunte beaucoup en bibliothèque, ce qui me permet de découvrir des livres au hasard. J’ai toujours plusieurs livres sur ma table de nuit, je les lis rarement tous, mais cela me rassure. C’est un peu la peur de manquer comme avec la nourriture…
Une de mes préoccupations quotidiennes, qui fait écho à : qu’est-ce que je vais manger ce soir, est : qu’est-ce que je vais lire ce soir ?
Je panique à l’idée d’être en rade de lecture, car j’ai encore besoin qu’on me raconte une histoire avant de m’endormir.

Quels sont les auteurs qui sont des références pour vous ?
Eh bien, je citerai pêle-mêle : Jan Svankmajer, David Lynch, Kitty Crowther, Jean-Patrick Manchette, Stéphanie Blake, Alain Guiraudie, Thierry Jonquet, Les Van Eyck, Jérôme Bosch, Pieter Bruegel, James Ensor, Matthew Barney, Jeff Wall, Agota Kristof, Aki Kaurismaki, Henri Matisse, Fischli & Weiss, Björk, Alexandre Calder, Saul Bass, Paul Rand, Norman McLaren… Et bien sûr Georges Perec.

Une lecture en cours ?
En ce moment, j’alterne entre L’Armée furieuse de Fred Vargas, Maîtres de l’estampe d’Henri Focillon, un livre sur la gravure et Le Feuilleton d’Hermès de Murielle Szac, un livre pour enfants sur la mythologie grecque que nous lisons en famille.

Quel auteur ou artiste – plutôt peu connu – aimeriez-vous mettre en avant ?
Reconnu certes, mais pas assez mis en avant, il y a Ignatus, auteur-compositeur-interprète, que je souhaite faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas.
Je conseille fortement son concert-spectacle « Sous la contrainte », à la fois poétique et humoristique, à forte influence oulipienne.



Brigitte-Coppin

Quatre questions à… Brigitte Coppin, auteur de documentaires et romans historiques.

Brigitte Coppin, auteur de documentaires et romans historiques.

Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Irrégulière, qui a besoin des mots, mais passe parfois deux ou trois mois sans s’installer dans un livre comme lectrice. J’aime avoir des moments de lecture qui sont des rendez-vous.
Romans policiers, historiques, biographies, récits de voyages, histoires de bateaux…

Quels sont les auteurs qui sont des références pour vous ?
Les innombrables lectures de ma jeunesse constituent un tapis super épais. Je me souviens du Mouron rouge et du capitaine Corcoran, de Croc blanc, Tristan et Iseut…Ensuite Robert Merle, HermannHesse, Maupassant, Nicolas Bouvier, Jim Harrison, Simone de Beauvoir…Et puis tous les livres d’histoire qui peuplent ma bibliothèque, qui nourrissent mes propres livres…

Une lecture en cours ?
Irène Némirovsky : Chaleur du sang. 1937. Je n’avais encore rien lu d’elle. C’est à la fois ciselé, brûlant et doux.

Quel auteur ou artiste – plutôt peu connu – aimeriez-vous mettre en avant ?
Loren Bès, le jeune illustrateur qui vient de réaliser l’affiche du salon du livre jeunesse d’Albi 2013.



affiche

Quatre questions à… Marie Caudry, illustratrice.

Marie Caudry, illustratrice.

Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Je suis une lectrice vorace, par périodes.
Je lis forcément un peu tous les jours, mais parfois c’est juste deux pages avant de dormir, et à d’autres moments la lecture envahit la journée, et je vole – coupable – des heures à mon temps de travail, parce que je ne peux pas m’en empêcher.
Je lis surtout des romans (classiques ou contemporains), rarement de la poésie, quelquefois des romans ado ou de la SF. J’ai lu beaucoup de BD, mais je n’en lis presque plus. Je lis des albums à mes enfants, et des petits romans. Un peu de presse également.

Quels sont les auteurs et artistes qui sont des références pour vous ?
Voici une liste non exhaustive : Hiroshige, Hokusai, Goya, Rembrandt, Henry Darger, Bill Taylor, Jean-Charles Blay, Dominique Goblet, Moebius, Hergé, Daumier, Blutch, Edward Gorey, William Steig, Maurice Sendak, Kitty Crowther, Nicolas de Crecy, Joann Sfar, Claude Ponti, Quentin Blake, Henry Michaux, Hilary Knight, Alexandra Duprez, Hayao Miyazaki, Philippe Dumas, Joakim Nordström, Beatrice Alemagna, Roger Duvoisin, Manuel Fior, Brecht Evens, Lili Carré, Lucy Durbiano, Gaëtan Dorémus…

Quel auteur ou artiste – plutôt peu connu – aimeriez-vous mettre en avant ?
William Steig (auteur américain décédé en 2003, qui réalisa de nombreuses BD et écrivit pour la jeunesse) est connu, mais pas assez. Je suis également une grande fan d’Arthur Geisert. Et puis aussi d’Aurore Callias (elle a un imaginaire d’une richesse incroyable, doublé d’un dessin d’une élégance folle).



Julia Chausson

Quatre questions à… Julia Chausson, illustratrice

Julia Chausson, illustratrice diplômée de l’Ecole des arts décoratifs de Paris.
Elle mène à la fois un travail de graveur et d’auteur/illustratrice.

Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Je butine souvent plusieurs livres en même temps. J’aime les auteurs-voyageurs et les gourmand(e)s de mots.

Quels auteurs et quels artistes sont des références pour vous ?
Romain Gary, Cendrars, Nicolas Bouvier, Véronique Ovaldé, Koltès…Ils ont tous été des rencontres fortes !
Pour les artistes, Matisse, Bruegel, Munari, l’art dit « naïf » dans le monde entier. Edgar Tijtgat, les miniatures persanes, les expressionnistes allemands, Rembrandt, Joan Mitchell, Pol Cox, les estampes inuit, Icinori, Gosia Machon, Olivier Charpentier, Lucien Laforge, Vladimir Lébedev, Gauguin, Benoît Jacques, Isabelle Vandenabeele, Goya, Tom Schamp…Voilà pêle-mêle les images que je garde à portée de regard. Tous ceux-là et d’autres encore me nourissent.

Une lecture en cours ?
« Purge » de Sofi Oksanen, « Journal de la création » de Nancy Huston, « Visage de la neige » de Thierry Cazals (poésie) et ce soir « Mambo » de Claire Braud (BD).

Un auteur (plutôt peu connu) que vous aimeriez mettre en avant ?
Une lecture qui m’a soufflée…je pense à ces nouvelles d’une force incroyable « La mendiante de Shigatze » (Actes sud) de Ma Jian.



Portrait Hubert Ben Kemoun

Quatre questions à… Hubert Ben Kemoun

Hubert Ben Kemoun, auteur de nombreux livres de littérature jeunesse, de scénarios pour la télévision, de pièces de théâtre…

Quel genre de lecteur êtes-vous ?
Je crois être un lecteur gourmand. Il ne peut exister une journée sans lecture pour moi. Je lis mes petits camarades de littérature jeunesse (pour mon plaisir, souvent, mais aussi pour avoir l’air moins paumé quand je les rencontre).
Je lis aussi beaucoup de littérature adulte contemporaine. Je ne lis pas de livres historiques, j’ai besoin d’une accroche qui me parle de l’ici et du maintenant. Je viens de terminer avec un réel plaisir « Bon rétablissement » de Marie-Sabine Roger. Un livre juste, fort et puissant, drôle et d’une profondeur rare. Ai lu entre autres cet été « La liste de mes envies » de Grégoire Delacourt, qui m’a beaucoup touché et que j’ai trouvé d’une belle efficacité, mais j’ai préféré du même auteur « L’écrivain de la famille ». J’ai souhaité lire Nadine Monfils (en jeunesse et adulte) : j’ai du mal avec son écriture brouillonne, avec ses scénarios improbables, et pourtant émane de son travail une drôlerie qui me donne envie de persévérer, mais ce n’est pas certain que j’aille beaucoup plus loin, elle ne fait pas référence pour moi dans le domaine du polar, qui reste un de mes domaines de prédilection. Sur ma table de nuit, il y a actuellement « Revolver » (Ed. Thierry Magnier) de Marcus Sedgwick qui me bouleverse et me mène par le bout du nez. Lundi, je vais aller acheter le dernier Toni Morrison (je suis un fan total) et sans doute le dernier Philippe Djian.

Quels sont les auteurs qui sont des références pour vous ?
Georges Perec est un phare, une île, un pays sur lequel j’ai accosté avec bonheur, mais j’avais alors dix-huit ou vingt ans, lors de ma première rencontre avec ce monument fondateur.

Le premier livre, le plus grand jamais écrit au monde c’est : « Oui-Oui et le gendarme ». Je ne me souviens absolument pas de ce qu’il racontait, mais j’ai encore aujourd’hui le souvenir du petit garçon que j’étais, descendant la plage, de ligne en ligne, seul et avec délectation. Fier d’avancer sur la paroi de la page comme un alpiniste sur une paroi vertigineuse. Aussi fier et libre que le jour où l’on a retiré les stabilisateurs de mon vélo, et que j’ai pu rouler sans.

Mes pères en littérature s’appellent Gabriel Garcia Marquez, Mark Twain, William Shakespeare, Balzac, Stendhal, mais pas du tout Proust…J’aime que l’on me raconte des histoires, pas que l’auteur me montre son nombril (voire plus ou pire). Maintenant, vous le savez, une liste ici est si réductrice !

Une lecture – ou plusieurs – en cours ?
J’ai quelque peu répondu un peu plus haut.

Quel auteur – plutôt peu connu – aimeriez-vous mettre en avant ?
Vous voulez dire en dehors de moi, pas toujours soutenu par la critique des journalistes…???

Je pense que Bruno Heitz est un des plus grands auteurs / illustrateurs de ce pays, et je regrette que l’on considère, à tort, son travail juste comme un boulot juste de faiseur de petits bonhommes. Rarement j’ai lu des livres qui parlent avec une si grande justesse de ces anonymes qui vivent dans le no man’s land de leur propre vie, qui sont juste les figurants de leur existence.

Je pense que les aventures de Gaspard Corbin (Ed Rageot) de Stéphane Daniel sont de vrais bijoux pour adolescents et qu’on n’en a pas pas assez parlé. Je pense qu’il mériterait d’être porté vers les mêmes nues que…non, je ne vous donnerai pas tous les noms de faiseurs qui me viennent à l’esprit.

Je pense que je suis un vrai fan du travail de Julia Chausson avec qui j’ai eu le plaisir de dédicacer à Mulhouse, que sa palette est riche et large et qu’il faut le faire savoir. Que Stéphane Sénégas est un immense illustrateur pas assez reconnu. La liste est si longue, hélas.



Bienne

Quatre questions à… Gisèle Bienne, romancière et essayiste.

Gisèle Bienne, romancière et essayiste. Écrivain pour adultes et adolescents.
Dernier livre publié : La vie cachée des poupées, Médium, École des loisirs, 2012.
G. Bienne
Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Curieuse, gourmande. Quand je découvre un auteur qui m’intéresse, il me faut lire tous ses livres. Il n’y a pas de plus grand plaisir pour moi que celui d’entrer dans une oeuvre nouvelle, c’est comme se hasarder dans une maison labyrinthique, qui, toujours, garderait secrètes quelques-unes de ses pièces. Il y a le texte, il y a l’auteur derrière le texte, son écriture, son travail en écriture. Il y a sa voix. Je ne suis pas forcément l’actualité et je lis aussi beaucoup de livres traduits. Je ne saurais dire tout ce que les romans m’ont appris, m’apprennent, sur nos vies, l’Histoire d’hier et d’aujourd’hui, le proche et le lointain.

Quels auteurs sont des références pour vous ?
Je citerai des titres d’essais, romans, journaux ou poésies :
Une chambre à soi, de Virginia Woolf.
Journal, de Katherine Mansfield (en littérature adulte, je lui ai consacré un livre, paru l’an dernier chez Actes Sud : Katherine Mansfield dans la lumière du Sud).
Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline
Élise ou la vraie vie, de Claire Etcherelli.
La gloire de Dina, de Michel del Castillo.
Le premier roman de Thomas Bernhard, Gel.
Les récits de la Kolyma, de Chalamov.
En poésie, je reviens souvent à Blaise Cendrars avec Prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France (Cendrars à qui j’ai consacré un livre assez récent, paru chez Gallimard, La ferme de Navarin).
Et à Henri Michaux, avec La nuit remue, La vie dans les plis, Ailleurs ; Epreuves, exorcismes…

Une lecture en cours ?
La Haie, de Hanns-Joseph Ortheil (Actes Sud), un auteur allemand né en 1951 à Cologne qui, dans ce livre, s’interroge sur la vie de sa mère et peu à peu comble d’importantes lacunes…

Un auteur (plutôt peu connu) que vous aimeriez mettre en avant ?
Hannah Krall, écrivain et journaliste polonaise par qui j’ai découvert la complexité de l’histoire de la Pologne, des Juifs polonais, et de la culture de ce pays.
Son écriture est étonnante, claire, précise. Une grande distance et de la générosité.



téléchargement

Quatre questions à… Marion Rouxin, chanteuse.

Marion Rouxin, chanteuse.
Dernier album, sorti en janvier 2011 : « Légère ».

« Légère », photo Yves-Marie Geoffroy.
Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Une lectrice constante, que je sois en tournée ou en période d’écriture pour mes chansons.

Quels auteurs et artistes sont des références pour vous ?
Des références peut-être pas. Je parlerai plutôt d’auteurs qui m’ont touchée comme : Alessandro Baricco et l’écrivain portugais José Saramago. Camus également. Il y a aussi les auteurs du théâtre classique : Racine, Corneille, et puis ensuite Heiner Müller et Brecht.

Une lecture en cours ?
Je suis très polar, et en ce moment je suis dans l’univers des polars suédois.

Un auteur, un artiste que vous aimeriez mettre en avant ?
Je pense à des musiciens. J’aime beaucoup le pianiste américain Brad Meldhau et aussi la chanteuse Sandra Nkake. Et puis aussi Nicolas Jules, un chanteur qui est un vrai personnage sur scène. Nous avons enregistré un duo ensemble, que l’on retrouve justement dans l’album « Légère ».



Gambini masque

Quatre questions à… Cécile Gambini, illustratrice.

Cécile Gambini, illustratrice.

Personnage de Rocky Cat imaginé par Cécile Gambini.
Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Je lis des livres de cuisine, des romans graphiques, des traités de 1874 sur la nature, de la bonne littérature, « L’Art de la joie » de Goliarda Sapienza.

Quels auteurs et artistes sont des références pour vous ?
L’Oulipo, les surréalistes, les shadocks, Téléchat, Klee, Jérôme Bosch, le cinéma expressionniste allemand, Buster Keaton, et plus récemment Edward Gorey, Kitty Crowther, Brecht Evens…

Une lecture en cours ?
En ce moment, je « Les Chroniques martiennes » de Bradbury.

Un auteur, un titre (plutôt peu connus) que vous aimeriez mettre en avant ?
J’ai envie de citer Anne Simon pour sa BD « La geste d’Aglaé », excellent !
Et pour en savoir plus sur Cécile Gambini,
http://pavupapri.blogspot.com/



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quatre questions à… Jocelyne Sauvard, écrivain.

Jocelyne Sauvard, écrivain.

J. Sauvard (Photo J. Pineau).

Quel genre de lectrice êtes-vous ?
Une lectrice, fidèle dans ses passions. Je lis et relis Proust depuis l’âge de 17 ans, Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, depuis l’enfance, ainsi que Molière et Racine (souvenirs de lectures en famille).
Et éclectique dans ses choix.
J’ai beaucoup lu les auteurs américains, Faulkner, Melleville, mais pas seulement, mes goûts sont un peu trop vastes pour que je resserre vraiment. Je vais parler autrement en parlant de l’année qui vient de s’écouler.
Depuis cet été, je reviens à Artaud, Lautréamont (et toujours les poètes susnommés) mais aussi Tchekov (particulièrement « La Cerisaie »), Eschyle, Shakespeare, et je redécouvre Claudel.

J’ai par ailleurs découvert cet automne « L’Histoire du cinéma », signée Godard (un ensemble de textes de différents auteurs et philosophes qu’il a rassemblé autour des images de cinéma, et de vidéo, certaines pages sont de lui). Relu l’essai de Viviane Forrester sur Virginia Woolf.
J’ai lu avec admiration Robert Antelme, Charlotte Delbo (« Aucun de nous ne reviendra ») et Henri Rousso, en ce qui concerne l’histoire de notre XXe siècle et plus particulièrement la Deuxième Guerre mondiale et la déportation.
Et toujours avec ce plaisir que donne son écriture cruelle, désespérée et drolatique, Thomas Bernhard : « Le Déjeuner chez Wittgenstein ». Relu « Fictions » de Borges, enchantement.

Quels auteurs sont des références et comptent pour vous ?
Proust, et, bien sûr les poètes, nommés plus hauts, plus les autres (j’ai toujours un livre de poèmes dans mon sac), Marguerite Duras, Jean Genet, Albert Cohen…Et « Les Trois brigands » de Tomi Ungerer. J’ai fait des coupes drastiques pour vous citer quelques noms.

Une lecture en cours ?
Maeterlinck (son théâtre). Et je viens de terminer Lumière des astres éteints (Grasset) de Gérard Haddad.

Un auteur, un titre (plutôt peu connus) aimeriez-vous mettre en avant ?
J’ai du mal à citer une autre oeuvre que celle qui, ne m’étant pas familière, par bien des aspects, m’éblouit actuellement. Donc Maeterlinck. D’autre part, les oeuvres essentielles à mes yeux, le sont en raison de la qualité de l’écriture. Du style. Je re-cite donc le théâtre de Maeterlinck, et « Traversée » de Louis Calaferte, ainsi que tous ses carnets. Bien entendu, ces auteurs sont très connus, je citerai aussi « Lettres à Lou » d’Apollinaire qui ne l’est pas moins, mais aucun autre titre ne me vient à l’esprit aujourd’hui. »

Et pour en savoir plus sur l’auteur, http://www.jocelynesauvard.fr