Catégorie : Littérature francophone

1200px-Jean-Loup_Tassard_HD

La place de la nature dans la littérature

« Comment la littérature se met-elle au vert ? »
Entretien avec Pierre Schoentjes et Jean-Loup Trassard (photo), jeudi 14 décembre à 18 h 30 au Pôle culturel des Ursulines à Château-Gontier, organisé en partenariat avec la scène Le Carré.
Les intervenants s’interrogeront sur la place de la nature dans la littérature.
Jean-Loup Trassard, photographe et écrivain, s’entretiendra avec l’universitaire et essayiste Pierre Schoentjes.



Les-corps-brises

Des corps brisés, des êtres humiliés

Avec son cinquième roman, Elsa Marpeau aborde l’univers des handicapés, des corps et des âmes meurtris, limités dans leurs mouvements. Des proies idéales pour des professionnels du crime.
Sarah qui maîtrisait la vitesse de bolides de course se retrouve allongée sur un lit d’hôpital, seule, loin de sa famille. La voilà coincée dans un centre destiné à la remettre sur pied, qui va lui faire emprunter d’autres chemins.
Dès son arrivée à « L’Herbe bleue », Sarah se sent mal à l’aide, des histoires de disparition viennent troubler le paysage.
Elsa Marpeau crée l’inconfort par le détail des scènes, elle réussit à construire une histoire cauchemardesque porté par une narratrice forte et volontaire.
Les autres personnages manquent un peu de profondeur, mais ce qui intéresse l’auteur se situe davantage du côté des émotions et des sentiments de l’héroïne qui traverse plus qu’une « mauvaise passe ». Il s’agit bien davantage d’une plongée en enfer.
Mission accomplie, bienvenue dans le roman noir.

Elsa Marpeau est née à Ancenis, a grandi à Nantes. Elle est auteur de romans et scénariste.



audeguy

« Le lion Personne », récompensé par Trente Millions d’Amis

Un roman à mettre au pied du sapin : « Histoire du lion Personne » de Stéphane Audeguy (Le Seuil), prix littéraire 2016 décerné par la Fondation Trente Millions d’Amis.
Je rappelle que les ouvrages primés ont tous à cœur de sublimer le rapport homme-animal ou de dénoncer la condition animale.
Le lauréat reçoit un chèque de 3 000 euros remis par la Fondation 30 millions d’amis, à reverser en intégralité à une association de protection animale de son choix.



Seize romans en lice pour le Goncourt 2016

Les jurés du prix Goncourt du monde littéraire francophone ont dévoilé leur première sélection. Voici les titres retenus :

– Natacha Appanah, « Tropique de la violence » (Gallimard)

– Metin Arditi, « L’enfant qui mesurait le monde » (Grasset)

– Magyd Cherfi, « Ma part de Gaulois » (Actes Sud)

– Catherine Cusset, « L’Autre qu’on adorait » (Gallimard)

– Jean-Baptiste Del Amo, « Règne animal » (Gallimard)

– Jean-Paul Dubois, « La Succession » (L’Olivier)

– Gaël Faye, « Petit Pays » (Grasset)

– Frédéric Gros, « Les Possédées » (Albin Michel)

– Ivan Jablonka, « Laëtitia ou la fin des hommes » (Seuil)

– Régis Jauffret, « Cannibales » (Seuil)

– Luc Lang, « Au commencement du septième jour » (Stock)

– Laurent Mauvignier, « Continuer » (Minuit)

– Yasmina Reza, « Babylone » (Flammarion)

– Leila Slimani, « Chanson Douce » (Gallimard)

– Romain Slocombe, « L’affaire Léon Sadorski » (Robert Laffont)

– Karine Tuil, « L’Insouciance » (Gallimard)

De la diversité dans cette sélection qui aborde aussi bien les thèmes de la violence industrielle, des animaux, d’un monde en souffrance, de vies qui sombrent, de la seconde Guerre Mondiale, du génocide rwandais, du destin et de tragédies familiales, etc.
Rendez-vous le 4 octobre pour la seconde sélection.



Belle rentrée littéraire à Nancy

Du 9 au 11 septembre, la rentrée littéraire se déroule à Nancy. Plus de 550 auteurs seront présents. Cette édition sera présidée par Philippe Claudel. « Le livre sur la place » accueillera Kamel Daoud, Elisabeth Badinter, Andreï Makine, François Bégaudeau, François Vallejo, Céline Minard, Hubert Reeves, Vincent Ravalec, Anne Percin… Tout le programme sur : lelivresurlaplace.fr



Quelques vers du poète Henry Bataille

Extrait du poème « Les Souvenirs » de l’écrivain Henry Bataille (1872 – 1922), poète majeur du début du XXe siècle.

Les souvenirs, ce sont des chambres sans serrures,
Des chambres vides où l’on n’ose plus entrer,
Parce que de vieux parents jadis y moururent.
(…)
J’accueille quand il veut le souvenir qui passe,
Je lui dis : « Mets-toi là…Je reviendrai te voir… »
Je sais toute ma vie qu’il est bien à sa place,
Mais j’oublie quelquefois de revenir le voir. –
Ils sont ainsi beaucoup dans la vieille demeure.
(…)
Je sais qu’ils dorment là, derrière les cloisons,
Je n’ai plus besoin d’aller les reconnaître ;
De la route je vois leurs petites fenêtres, –
Et ce sera jusqu’à ce que nous en mourions.
(…)

(La Chambre blanche)



claudiegallay

Claudie Gallay, invitée de La Bulle à Mazé

La romancière Claudie Gallay (auteur notamment du livre « Les Déferlantes ») sera à la médiathèque La Bulle à Mazé 49), vendredi 9 octobre, à 19 heures.
Lors de cette soirée, le comédien Dominique Huet lira quelques extraits de livres.

Réservation des places au : 02 41 80 61 31.



goncourt-00

Qui, des 15, se hissera à la première place ?

Voici les titres de la première sélection du Prix Goncourt 2015 :

Christine Angot, « Un amour impossible », Flammarion

Isabelle Autissier, « Soudain, seuls », Stock

Nathalie Azoulai, « Titus n’aimait pas Bérénice », P.O.L

Olivier Bleys, « Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes », Albin Michel

Mathias Enard, « Boussole », Actes Sud

Nicolas Fargues, « Au pays du p’tit », P.O.L

Jean Hatzfeld, « Un papa de sang », Gallimard

Hédi Kaddour, « Les Prépondérants », Gallimard

Simon Liberati, « Eva », Stock

Alain Mabanckou, « Petit piment », Seuil

Tobie Nathan, « Ce pays qui te ressemble », Stock

Thomas B. Reverdy, « Il était une ville », Flammarion

Boualem Sansal, « 2084 », Gallimard

Denis Tillinac, « Retiens ma nuit », Plon

Delphine de Vigan, « D’après une histoire vraie », JC Lattès



KKokoro

Kokoro : la reconstruction après le deuil

Parmi les romans de la rentrée, ne pas manquer « Kokoro », un roman qui aborde la reconstruction après le deuil, de façon originale, avec douceur à travers la voix d’un narrateur qui retrouve le chemin de la vie.
Un frère et une soeur ont perdu leurs parents dans l’incendie d’un théâtre. Tous deux étaient alors encore adolescents. Lorsque le roman commence, nous avons affaire à deux adultes qui ont affronté les difficultés et la douleur de différentes façons. Koichi est volontairement resté comme un enfant. Même s’il travaille, a un appartement, fait des tours en vélo, il n’a aucune vie réelle. Celle-ci est transparente, sans substance. Pas d’amour, pas d’envies exprimées, pas de loisirs. Il rend simplement visite à sa grand-mère, qui est dans une maison de retraite, fait des tours en vélo pour aller voir la maison de son enfance…et c’est tout. Seiko, sa soeur, a par contre choisi d’avancer avec énergie dans la vie, de mener des études brillantes, d’avoir une famille…Mais finalement, c’est Seiko qui va montrer des faiblesses, avoir besoin d’aide. Cette situation d’urgence devinée par Koichi va déclencher quelque chose dans la tête de cet homme. Une porte va s’ouvrir pour lui, sa soeur et même sa grand-mère.
Le récit est constitué de très courts textes qui donnent des indications. A l’image d’un puzzle, tout semble retrouver une harmonie, une fois la dernière pièce posée.

« Kokoro » de Delphine Roux, éditions Philippe Picquier. 12,50 €.



terre_du_couchant

Un récit accroché aux paysages

Les Terres du couchant, de Julien Gracq.
Extrait :
« Nous allions joyeusement. Ce qu’il y avait de vague et de presque fabuleux dans notre destination rendait toute sa fraîcheur au mot magique : partir sur les routes – au surplus rien ne nous pressait. C’était déjà un plaisir que de chevaucher sur les belles routes du Royaume, étroites et blanches, d’un grain sableux et micacé qui les faisait toutes sèches et crissantes – et si vides maintenant dans l’engourdissement qui gagnait qu’on croyait éveiller les allées d’un parc endormi. » p 55, éditions Corti, 2014.

Retrouvez bientôt sur Chroniklivres, une critique de ce récit qui nous parle merveilleusement de la vie des chemins, d’un ciel où les étoiles dansent, d’un monde en suspens.